Fusion des régions Bourgogne et Franche Comté, est-ce que les voyages de jeunes et les séjours scolaires peuvent être un facteur de réussite ?
Accueil > Blog > Fusion des régions Bourgogne et Franche Comté, est-ce que les voyages de jeunes et les séjours scolaires peuvent être un facteur de réussite ?

Fusion des régions Bourgogne et Franche Comté, est-ce que les voyages de jeunes et les séjours scolaires peuvent être un facteur de réussite ?

 

Appliquer la réforme territoriale conduisant à fusionner la Bourgogne et la Franche-Comté, qu’on y soit favorable ou pas d’ailleurs, fut un acte historique pour ces deux régions. Réussir cette fusion c’est aussi faire le pari que les générations futures sauront s’approprier ce nouveau grand territoire.

 

Aujourd’hui plusieurs voix se font entendre pour que des initiatives soient prises afin d’encourager l’organisation de voyages de jeunes et séjours scolaires de Bourguignons vers la Franche-Comté et vice versa. Ce fut le cas notamment lors des récentes Assises du tourisme qui se sont tenues en juin 2016 à Beaune. Plusieurs fois, dans les différents ateliers thématiques, le sujet des voyages scolaires et séjours de jeunes est ressorti comme un élément fort de l’apport du tourisme à la fusion des deux régions.

 

Mobilité

 

On associe traditionnellement les voyages de jeunes à la tranche des 18 25 ans qui voyagent seuls ou en petits groupes d’amis. Ce qui qualifie certainement le mieux leurs besoins c’est avant tout la quête de l’authentique et de la rencontre. Ils ne sont pas vraiment du genre farniente.. On les trouve facilement dans des festivals, à pratiquer des activités sportives, à refaire le monde à une table avec des amis tout juste rencontrés façon auberge espagnole. Peut-être pas suffisamment dépensiers au regret de certains opérateurs touristiques pour qui ces jeunes ne sont pas une cible prioritaire. Quoi qu’il en soit ils bougent et n’hésitent pas à avaler, en train ou en covoiturage, les kilomètres nécessaires pour atteindre leurs multiples destinations.

 

Aux grandes heures de la construction européenne, alors qu’en 1990 je participais activement à l’organisation de l’année européenne du tourisme pour le compte du Ministère du tourisme, un slogan annonçait : « les jeunes voyagent, l’Europe avance ». Effectivement, différents programmes, dont le célèbre Erasmus, ont été créés durant ces années et ont permis à un nombre considérable de jeunes de découvrir d’autres pays et ainsi de s’approprier l’Europe. Dans ses « Mémoires », Jean Monet, père fondateur de l’Europe raconte : « Lorsque, à 18 ans, je partis pour mon premier voyage lointain mon père me dit : n’emporte pas de livre. Personne ne peut réfléchir pour toi. Regarde par la fenêtre, parle aux gens, prête attention à celui qui est à côté de toi ». Le jeune homme comprit plus tard que rien ne pouvait unir les gens sans qu’ils communiquent entre eux, sans qu’ils se connaissent et se respectent mutuellement, sans coopérer et réaliser des projets communs.       

     

Sur un territoire bien plus restreint mais dont les enjeux d’acculturation sont tout aussi réels, peut-on, nous aussi, avancer que si les jeunes voyagent la Bourgogne-Franche-Comté avancera ?

 

 

La question des séjours scolaires est tout aussi manifeste dans la grande région BFC.

 

Activité parfaitement encadrée car elle nécessite différentes autorisations dont celle de l’Education Nationale lorsqu’il s’agit d’écoles primaires, les séjours scolaires ont la particularité de devoir s’appuyer sur un projet pédagogique. La motivation des professeurs est à la base d’un projet de séjour scolaire et les thématiques qui y sont abordées sont ainsi nombreuses.

 

Pour ce qui concerne notre question, à savoir si les séjours scolaires peuvent être un facteur de réussite de la fusion de la Bourgogne et de la Franche-Comté, j’aurais tendance à penser qu’ils sont non seulement un facteur de réussite « politique » mais également un facteur de développement « touristique ».

 

Facteur de réussite politique parce que tout simplement les enfants sont de réels prescripteurs et ambassadeurs au sein de la famille et qu’à l’issue d’un séjour scolaire il n’est pas rare que toute la famille organise un court séjour là où leur enfant a passé des journées si « cool » qu’il en parle encore… Facteur de réussite politique car cet enfant, en découvrant le patrimoine et les paysages de ce territoire visité, sera beaucoup plus apte à la mobilité professionnelle le jour où il sera en quête d’un emploi.

 

Facteur de développement touristique dans la mesure où les structures qui accueillent les séjours scolaires sont situées en majorité en espace rurale et, du fait d’un agrément spécifique délivré par l’Education Nationale, ont fait des séjours scolaires un axe important de leur activité économique. En Bourgogne Franche-Comté on compte ainsi plus d’une centaine d’établissements (la plupart sous statut associatif) soumis aux différents contrôles de l’Education Nationale et anciennement de Jeunesse & Sports.

 

Facteur de réussite politique et facteur de développement touristique les voyages de jeunes et les séjours scolaires devront indéniablement trouver leur place dans l’élaboration du prochain Schéma Régional de Développement Touristique de la Région Bourgogne-Franche-Comté dont la mise en œuvre est prévue dès 2017.

 

 

Bref rappel sur Ethic Etapes Dijon :

  • Etablissement hôtelier sous statut associatif, ce qui signifie que les éventuels bénéfices sont réinvestis dans l’association.
  • Agrément Education Nationale pour l’accueil simultané de plusieurs classes.
  • Des formules d’hébergement comprenant des chambres à partager de 4 à 6 lits afin de proposer un tarif nuit & petit déjeuner à partir de 22,50 € par personne.
  • Un partenariat avec la plateforme de réservation « Bourgogne Séjours Jeunes » afin d’accompagner les professeurs et responsables de groupes dans l’organisation de leurs programmes de séjours (transports, visites, etc)