Hamburger VS bœuf bourguignon
Accueil > Blog > Hamburger VS bœuf bourguignon

Les goûts culinaires des Français évolueraient-ils au même rythme que les sondages d’une élection présidentielle ? C’est ce que semble indiquer un article du Bien Public du 06 octobre 2016 dans lequel il compare des sondages réalisés, pour l’un en février 2016 et l’autre en octobre 2016.

Que nous dit cet article ?

 

En février 2016, un sondage réalisé par Opinionway et le Printemps de l’Optimisme plaçait le bœuf bourguignon et la blanquette de veau en tête du classement des plats préférés des Français. Une hiérarchie totalement bousculée par une nouvelle étude publiée le 06 octobre 2016 et commandée par le site Expedia.fr.

 

Cette fois, c'est une spécialité du Sud-Ouest, le magret de canard, qui apparaît comme le plat préféré des Français avec 48% d'amateurs. Réalisé à l'occasion de la Semaine du Goût, qui se tiendra du 10 au 16 octobre prochains, le sondage place la côte de bœuf en seconde position avec 37% des suffrages. 

 

D'une façon générale, ce sont des plats traditionnels qui semblent séduire les Français. Suivent ainsi la raclette (33%), le bœuf bourguignon (29%), la blanquette de veau (28%), les moules-frites (27%), le gigot d'agneau (26,5%), ou encore le couscous (23%).

 

Burger mania

 

Au pays de la gastronomie, il semblerait que les Français soient atteints d’une forme de Burger mania aigüe... 1,07 milliards, c’est le nombre de burgers consommés en 2014 en France, soit 10% de plus qu’en 2013. Par habitant, cela représente tout de même une moyenne de 15 unités par an !

 

Si le burger a longtemps été associé à la malbouffe, force est de constater que depuis une dizaine d’années il est monté en gamme au point que bon nombre de tables étoilées le mettent au menu. Aujourd’hui, 50% des ventes de burgers seraient faites dans les restaurants. Cette montée en gamme s’accompagne évidemment d’une montée des prix, certains burgers pouvant aujourd’hui aller jusqu’à plus de 30€ !

 

Manger debout, manger assis, mais manger équilibré.

 

La proximité de IKEA, installé une dizaine d’année à 400m de l’Ethic Etapes Dijon, a, tout à fait logiquement, attiré un certain nombre de fast food dont les incontournables KFC et Mac Donald.

Ethic Etapes Dijon, proposant une formule de restauration en mode cafétéria depuis 1967, inévitablement s’est posé la question de l’adaptation à cette concurrence d’autant que les jeunes entrant dans le monde du travail et trouvant un emploi parmi les 250 entreprises de la ZAE CAP NORD ont plutôt été élevés, ou pour le moins ont baigné, dans la culture du hamburger frite.

A l’Ethic Etapes Dijon nous avons fait le choix de maintenir cette offre de repas servi en mode cafétéria en privilégiant la variété des plats et surtout en respectant un rapport qualité prix quasi unique sur la place.

 

Du lundi au vendredi, de 11h30 à 13h30 un tarif promotionnel est proposé à 10 € (tarif 2016) qui comprend une entrée parmi un large choix, un plat garni (toujours le choix entre poisson ou viande, féculent ou légume vert) un fromage ou un dessert + pain.

 

Les traditionnels dont le bœuf bourguignon, la blanquette de veau, les moules frites, le gigot d’agneau et le couscous sont régulièrement proposés. A cela s’ajoutent des plats tel que du calamar à l’américaine, carrelet, dos de cabillaud, moules marinières, etc.  L’offre de menus à 7 jours est consultable sur www.cri-dijon.com

 

En fin de compte, à l’Ethic Etapes Dijon la question de la restauration ne peut être considérée à part d’un projet plus global qui est celui de proposer une unité de lieu entre l’hébergement, la restauration et les salles de réunion et en permettant néanmoins à tous de pouvoir utiliser les services d’un ou plusieurs des secteurs. Ex : restauration d’entreprise seule, hébergement + restauration, réunion + restauration, voire les trois à la fois.

 

En 2015, plus de la moitié des repas produits à la cafétéria l’ont été pour des groupes en séjour avec hébergement. Des personnes qui prennent le temps de se poser pour être ensemble. C’est pourquoi, particulièrement dans cet établissement, envisager une évolution de la restauration sous l’angle de la burger mania et du fast food aurait certainement été une erreur d’appréciation des attentes d’une clientèle qui, lorsqu’elle n’est pas en groupe, trouve dans notre offre globale bien plus que la qualité d’un repas comme à la maison.